Comparatif : revêtement de tabouret de bar en cuir ou en similicuir

Les deux matières paraissent identiques au premier regard, et même des yeux avertis doivent faire preuve de délicatesse pour les distinguer. Mais leurs différences résident aussi et surtout, sur leurs avantages pratiques, notamment en termes de résistance, de longévité ou de fermeté, sans compter l’entretien.

Les différences entre le cuir véritable et le similicuir

C’est bien vrai qu’au premier regard, les deux matières paraissent identiques. Pour les distinguer, il faut toucher la surface du siège de votre tabouret de bar, car si l’épaisseur minimale du cuir authentique est de 1.1 mm, le similicuir est généralement bien plus fin. Ce dernier se caractérise également par une surface plus brillante et un grain plus lisse et régulier – la distinction est néanmoins délicate, d’autant que le cuir en peau d’agneau peut avoir des caractéristiques similaires ou proches. Le cuir, en tout cas, est reconnaissable à ses fameux pores minuscules.

Avantages du cuir ou du similicuir

Le cuir d’une chaise de bar s’apprécie surtout pour sa résistance à l’usure du temps, la matière gagne même de la valeur en vieillissant. Si vous l’entretenez comme il se doit, la longévité du cuir s’étale sur plusieurs décennies. De l’avis général, le cuir est une matière ferme mais surtout, plus souple que la version synthétique. Enfin, le premier des atouts du cuir est sans doute son prestige, la prestance que la matière apporte à un meuble, une veste ou un sac à main. Le similicuir, quant à lui, est réputé pour être facile à entretenir. Moins souple et moins ferme que le cuir véritable, cette matière est plus accessible pour les budgets modestes.

L’entretien du revêtement en cuir ou en similicuir

La qualité du cuir comme du similicuir ne dure longtemps que s’il est entretenu régulièrement. Concrètement, il existe des produits spécialement conçus pour l’entretien et le nettoyage des revêtements en cuir – mais comme vous pouvez vous en douter, les produits en question sont plus chers que les solutions d’entretien classiques. Même un revêtement de haute qualité devient vite vulnérable si vous ne l’entretenez pas suffisamment. Les premiers signes se traduisent notamment par une détérioration de la surface, la qualité pouvant alors se dégrader lorsque les fibres se fragilisent, à cause de la saleté, des taches ou de l’humidité, par exemple.

Comme indiqué dans le précédent paragraphe, les enseignes mettent systématiquement en avant la facilité d’entretien du similicuir. Outre le fait que la matière soit abordable, cela explique en partie le fait que de nombreux modèles de canapés, fauteuils ou tabourets de baront un revêtement en similicuir. Pour le nettoyage, vous prenez simplement un chiffon et de l’eau savonneuse. Ensuite, vous rincez la surface avec un linge humide. Pour vous débarrasser des taches, aidez-vous d’un coton imbibé de lait démaquillant.