Enjeu en économie, en écologie, en social et en logistique dans le dernier kilomètre

C’est un fait, le dernier kilomètre vaut plus cher. La valeur du transport est en hausse lorsque le produit se trouve à proximité de la cible. La valeur totale de la livraison du dernier kilomètre augmente dans les 10% tous les ans et atteindrait d’ici 2025 dans les 2,6 milliards d’euros pour l’Hexagone, alors qu’en 2016, elle comptait dans les 1,1 milliard d’euros. Le défi du dernier kilomètre concerne l’amortissement des prix pour limiter la conséquence sur les dépenses occasionnées en général et la gestion logistique de la société. Avec l’accroissement du commerce électronique et de la VPC ou vente par correspondance, cette compétition a son importance.

D’un autre côté, les réglementations récentes sur l’écologie sont véritablement alambiquées à suivre. Dans le cadre d’une Démarche RSE, il faut parfois reconsidérer la totalité de la chaîne de distribution. Pour correspondre à ces attentes, plusieurs sociétés et Grands Groupes optent pour la mutualisation logistique pour gérer les stocks. À travers l’approvisionnement à l’extérieur de la ville, la gestion mutualisée des approvisionnements présente un immense bénéfice de temps et une cohérente économie sur les frais logistiques. Ce qu’Annexx Business Service présente sur Stockage National permet d’éviter d’accéder aux centres-villes et ses incommodités. La livraison des marchandises se fait ainsi dans un lieu de stockage ou dans un endroit spécialisé dans l’entreposage habituel de tous les distributeurs et les salariés de la zone.

Les buts et les privilèges de la mutualisation des flux du dernier kilomètre

En ville, le dernier kilomètre nécessite de la stratégie surtout pour les sociétés de transport de marchandises, mais également le transport routier pour la distribution en quantité, l’expédition routière pour les sociétés industrielles, l’écoulement de marchandises et palettes à l’intention d’un service de transport en mer. D’un autre côté, les réglementations récentes sur l’environnement ont des conséquences sur la programmation des livraisons. Par exemple, depuis septembre 2018, tous les véhicules thermiques dans la ville de Strasbourg n’ont pas le droit d’accéder au centre-ville au-delà de 10h30. La hausse sans arrêt des bouchons est une réelle épreuve pour les sociétés pour gérer leur logistique. D’après l’étude que BFM a effectuée, les chauffeurs parisiens ont vécu un blocage de 163 heures dans les bouchons en 2019, ce qui fait 5 heures de plus par rapport à 2018. À part la réduction du rendement, cette perte de temps dans les embouteillages a de lourdes conséquences sur tout le réseau de distribution en engendrant ainsi des frais de livraison élevés. À cause de ce constat, les experts préfèrent opter pour la mutualisation des flux, dont les buts concernent :

  • la livraison de nombreux distributeurs dans une même zone,
  • la fluidification de la remise des marchandises afin d’amoindrir les valeurs logistiques
  • la coopération pour accéder aux centres-villes.

Les privilèges offerts par la mutualisation des flux

  • Les prix de stockage baissent. La dimension du lieu professionnel joint à l’activité et aux nécessités d’emmagasinage de la société.
  • Les prix des logistiques et du transport sont réduits. Les flux des livraisons sont gérés et rassemblés dans une seule zone de stockage.
  • L’empreinte carbone est mieux maîtrisée. L’image de la société est valorisée dans une situation RSE.

Les enjeux logistiques du dernier kilomètre

Chaque année, il y a une hausse de 20% sur le volume du colis amené. Devant l’agrandissement massif de la demande, la priorisation de la mutualisation des ressources logistiques est nécessaire. Traiter automatiquement les commandes et les lieux de stockage n’est plus un choix pour l’augmentation de la vitesse de réalisation des livraisons et limiter autant que possible les frais de sélection des produits et les frais de stockage. Pour l’enjeu, il faut mettre en place une réponse pour une demande de livraison en ville qui ne cesse d’augmenter et participer en même tant à amoindrir l’accumulation et la pollution dans les centres-villes. Pour que ces buts soient atteints, une excellente organisation de l’ingénierie logistique est nécessaire. Et si votre chaîne logistique puisait sa force dans le transport au dernier kilomètre ?

C’est sur trois axes que se repose le placement d’une gestion logistique améliorée. Il s’agit de :

  • Déployer les hubs logistiques essentiels ou centraliser les points de livraison et de stockage.
  • Instaurer les points relais.
  • Automatiser les prises de commande et la réalisation des livraisons.

Les programmes logistiques du dernier kilomètre présentent ainsi un endroit de passage intermédiaire pour déposer et stocker les marchandises afin que des véhicules plus flexibles les prennent en relais.

Annexx Business Service : professionnel pour gérer le dernier kilomètre

En France, Annexx Business Service est disponible partout. Il répond à la totalité des nécessités des experts pour optimiser la gestion logistique et mettre en place une solution de Gestion Mutualisée des Approvisionnements.

Les formules qu’elle présente sont souples et ne sont pas forcées. Elles s’adaptent réellement aux problèmes de la logistique, aux alternances des approvisionnements et à la saisonnalité des charges.

Annexx Business Service propose des centres de stockage et louent des box professionnels qui se trouvent tout près des voies rapides et des transports en commun pour donner un accès facile à chaque fois.